Tél. : +229 95 28 52 20
E-mail : contact@ecobenin.org
Vous êtes ici : Accueil » Eco-Benin » Newsletter » Le Redunca de Septembre 2013

Le Redunca de Septembre 2013

Newsletter de septembre 2013

Dans cette édition, vous trouverez :

  1. Avlo Plage, un nouveau éco-village idéal pour le ressourcement à Grand-Popo
  2. Les Tatas de l’Atacora sur TV 5 Canada le 21 septembre prochain
  3. La Caravane Solidaire Afrique de l’Ouest en route du 3 au 17 novembre prochain
  4. Lancement des camps agroécologiques à Grand-Popo
  5. Vers une valorisation des mangroves béninoises sur le marché carbone
Avlo Plage, un nouveau éco-village idéal pour le ressourcement à Grand-Popo

L’écosystème d’Avlo abrite une diversité spécifique remarquable malgré les nombreux problèmes environnementaux auxquels il fait face. De façon saisonnière les hippopotames et les lamantins fréquentent la zone lagunaire d’Avlo, la Bouche du Roy est un site d’escale pour de nombreux oiseaux migrateurs dont les sternes des baleiniers, toute la plage accueille de nombreuses tortues marines pendant les périodes de ponte. Dans le but de conserver durablement les composantes de cet écosystème et contribuer au bien être des populations qui exercent une pression sur lesdites ressources, Eco-Benin en partenariat avec l’UICN Pays-Bas et le Programme de Micro-Financement pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM) du PNUD a démarré depuis peu le processus de développement de l’écotourisme à Avlo. Le développement de l’écotourisme autour des ressources menacées d’Avlo, permet de générer des revenus additionnels aux populations locales, prestataires des différents services et activités touristiques mis en place. Par ricochet, les populations sont responsabilisées sur les objectifs de conservation de la ressource menacée.

La destination d’Avlo propose de nombreux services : restauration, guidage, eco-lodge etc. Son cadre idyllique, au calme sous les cocotiers, en fait également un lieu idéal de retraite paisible et de ressourcement, permettant d’admirer le bal des bateaux artisanaux de pêcheurs qui partent en mer et reviennent remplis de poissons et fruits de mer. Plusieurs segments sont développés autour des activités écotouristiques à Avlo et réunissent une trentaine de prestataires locaux. On note :
-  L’artisanat : les tresseurs de natte, de branche de cocotiers, de filet, les fabricants de l’huile de coco, de Toffee, et celles qui sèchent les poissons
-  la restauration locale
-  le guidage local,
-  l’hébergement au lodge et les services annexes (ménage, gardiennage, accueil)

Eco-Benin vient de mettre en service un écolodge qui dispose d’une capacité de 8 personnes, dans 4 chambres composées d’un mobilier de confection locale, tout en cocotier. Les restauratrices du village vous proposent également une série de mets typiques à base de poisson, de crabes ou de crevettes, que vous pouvez déguster sous la paillote en face du Lodge, tout en profitant de l’Océan.
D’une population d’environ 700 habitants, Avlo plage situé entre lagune côtière et l’Océan Atlantique est l’un des villages de l’arrondissement d’Avlo dans la Commune de Grand Popo. Ces deux entités hydrologiques bordent le village de part et d’autre du Nord au Sud jusqu’à se rencontrer à la Bouche du Roy se trouvant à 4 km du village. Les principaux peuples rencontrés sont les Xwla (ou Popo). Mais on trouve d’autres ethnies, comme les Pédah ou les Mina. Cette population à revenu mensuel moyen d’environ 48 000 FCFA est essentiellement constituée de pêcheurs et d’artisans.

Par Cadnel TOUNDOH & Gautier AMOUSSOU, Eco-Benin

Les Tatas de l’Atacora sur TV 5 Canada le 21 septembre prochain

Tournée au Bénin en février 2013 par une équipe d’Ocean TV, la diffusion de la série Partir Autrement 5 commence le 21 septembre à 19 h 00 sur TV5 Canada. L’émission du Benin sera en première diffusion ce 21 septembre à 19h 00.

On dit du Bénin qu’il est une terre de cultures, que son peuple est particulièrement créatif et que la richesse de son patrimoine, matériel comme immatériel, est exceptionnel. Le peuple le plus remarquable du paysage béninois est peut-être les Batammariba. Ils vivent au nord du pays, dans les montagnes de l’Atacora. Et pour apprécier les trésors de leur culture, pas besoin de chercher bien loin : il suffit de visiter leurs maisons, les Tatas, semblables à des forteresses et réputées être de véritables chef d’œuvre d’architecture. Les Tatas sont cependant menacées de disparition, et c’est là que, encore une fois, le tourisme solidaire entre en action. Grâce à l’ONG béninoise Éco-Bénin, le village de Koussoukoingou non seulement préserve ce patrimoine unique, mais offre aux voyageurs l’expérience céleste d’une nuit à la belle étoile sur l’un de ses toits.

Partir Autrement 5 se veut une nouvelle saison passionnante, remplie d’aventures et de rencontres inédites. Avec l’arrivée d’Yves Pelletier à la barre de l’émission l’année dernière, nous avons mis les contacts humains à l’avant-plan. Ce grand voyageur donne le ton aux émissions avec son style attachant, ses questions pertinentes et son intérêt sincère d’aller à la rencontre des gens qui désirent, de par leur volonté et leur courage, participer au développement de leur communauté tout en améliorant leurs conditions de vie.

Partir Autrement explore, partout dans le monde, des destinations voyages fascinantes qui répondent aux attentes des touristes soucieux de contribuer financièrement au développement des régions qu’ils visitent. Cette série documentaire proposent treize initiatives touristiques qui illustrent concrètement le virage que prend de plus en plus l’industrie du tourisme vers le développement durable. Les principes de durabilité concernent les aspects environnemental, économique et socioculturel.

Pour plus d’information, veuillez visitez www.partirautrement.ca ou www. http://www.tv5.ca

Par Vanessa Boisset et Gautier AMOUSSOU

La Caravane Solidaire Afrique de l’Ouest en route du 3 au 17 novembre prochain

Le succès des éditions précédentes (vidéos caravane 2008 et caravane 2011) nous a conduit à en faire un évènement récurrent.

Bientôt, l’édition 2013 de la Caravane Solidaire aura lieu du 3 au 17 novembre pendant la quinzaine de jours. Cette édition nous fera parcourir pendant quinze jours 3 pays de l’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Togo et le Burkina-Faso avec des étapes à Ouidah, Possotomé, Koko, Tanongou et Koussoukoingou pour le Bénin, puis Kandé, Mango, Dapaong au Togo et enfin Tiébélé et Ouagadougou pour le Burkina-Faso. Il s’agit du seul rallye où il s’agira d’arriver ensemble au bout d’un trajet d’environ 3 000 km.

Le périple dévoilera une dizaine de sites sur lesquels des expériences concrètes de tourisme responsable et durable sont actuellement menées. A chaque étape, des visites commentées et des ateliers seront organisés pour le partage de pratiques professionnelles innovantes. Comme lors des précédentes éditions, les participants aux profils très différents seront les acteurs principaux de cette formation interculturelle itinérante.

La Caravane Solidaire permettra d’analyser des problématiques liées à des défis comme la sauvegarde du patrimoine, l’assainissement et la gestion des déchets, les changements climatiques, la conservation de la biodiversité, la reforestation, la production alimentaire durable ainsi qu’au au rôle-clef de la femme dans les activités génératrices de revenu (artisanat, agro-industrie locale, tourisme rural et urbain, conservation de l’environnement et maintien de la diversité culturelle…).

Pour réduire l’impact de l’expédition sur la production de gaz à effet de serre, diverses mesures sont prévues, dont le transport en minibus et surtout la plantation de palétuviers sur les berges du lac Ahémé au Bénin et la fabrication de foyer de cuisson économique à la périphérie du Parc National de la Pendjari.

Quelques places sont encore disponibles.

Par Gautier AMOUSSOU & Elvire LOKONON, Eco-Benin

Lancement des camps agroécologiques à Grand-Popo

A partir de Septembre 2013, Eco-Benin vous propose de participer à des camps agroécologique dans le village de maraîchers de Yondo Condji situé dans la commune de Grand Popo à seulement quelques kilomètres de la frontière togolaise. Si vous êtes adepte d’activités agricoles et que vous souhaitez venir en appui aux populations locales en partageant votre savoir, ces camps sont pour vous ! Ce sera aussi l’occasion d’en appendre plus sur les techniques maraîchères traditionnelles utilisées dans cette région du Bénin. Cette initiative du projet de Promotion de l’écotourisme pour la gestion intégrée transfrontalière du fleuve Mono sur le tronçon Grand-Popo (Bénin) - Avévé (Togo) sous financement du Programme de Micro-Financement pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM) du PNUD et dont l’objectif principal est d’améliorer la gouvernance de la biodiversité du fleuve Mono à travers la promotion de l’écotourisme communautaire pour le bien-être des populations transfrontalières. Le développement de secteurs annexes tels le maraîchage, la pisciculture et l’élevage sont promus afin de dynamiser l’offre écotouristique et limiter les impacts des activités de production sur la biodiversité locale.

Yodo Condji et ses habitants vous accueille pour une dizaine de jours où travaux maraîchers, activités liées au développement des piscicultures dans le village et bien évidemment découvertes culturelles et touristiques seront au programme.

Logé et nourri dans le village, vous participerez à la vie locale en pratiquant le paillage, la mise en place de tuteurs pour plants de tomates, le sarclage de parcelles, la préparation de pépinières d’oignons, l’aménagement des étangs piscicoles et bien d’autres activités encore. En marge de vos activités agricoles, vous découvrirez des paysages à couper le souffle avec notamment une excursion à la Bouche du Roy, embouchure où le fleuve Mono se jette dans l’Océan Atlantique, et vous apprécierez les richesses culturelles et les savoir-faire traditionnels de la région.

Ce camp se veut être un vecteur de promotion de l’agriculture durable et de développement de l’économie locale qui repose actuellement, en grande partie sur les revenus issus du maraîchage et de la pêche. En encourageant les populations à s’investir de plus en plus dans les techniques culturales durables et à se tourner vers le tourisme équitable et responsable, Eco-Benin souhaite leurs faire bénéficier de nouveaux revenus tout en les formant à l’accueil de l’étranger dans le respect de l’environnement. Cette initiative permettra de renforcer l’offre touristique de la zone de Grand Popo, qui bénéficie déjà d’infrastructures telles que l’écolodge d’Avlo.

Les populations locales ainsi que les participants au camp ont donc beaucoup à apprendre de cet échange qui sera sans aucun doute source d’enrichissement pour tous.

Nous vous invitons dès à présent à vous inscrire ou à nous contacterafin d’obtenir de plus amples renseignements.

Par Anna & Cadnel TOUNDOH

Vers une valorisation des mangroves béninoises sur le marché carbone

Au Bénin, l’absence de données scientifiques fiables sur les écosystèmes et leur productivité reste un handicap majeur pour réaliser les bilans de carbone de la biomasse pour préparer des projets carbone acceptables. C’est pour surmonter cette difficulté que Eco-Benin a initié une étude d’estimation du taux de carbone séquestré par les écosystèmes de mangrove du site Ramsar 1017 dans le cadre du programme Ecosysteme Alliance. Le but ultime est de permettre aux acteurs de plantation de mangroves d’aller sur le marché carbone avec la plantation de palétuviers.

Cette initiative conduite par Eco-Benin ONG a connu plusieurs phases à savoir le recrutement d’un consultant camerounais après lancement de l’appel à candidature internationale, la visite de prospection dans les zones humides du Sud Bénin, la matérialisation des transects et des placettes, la collecte des données dans les transects réalisés, l’atelier d’appréciation de la Note d’idée de Projet (NIP).

La matérialisation a consisté à mettre en place de 4 transects selon différents stades végétatifs d’évolution de la mangrove sur la base des éléments qualitatifs de l’écosystème (mangrove peu dégradée, mangrove très dégradée, mangrove protégée, zone sans mangrove) les transects de 10 m x 100 m ont été installés respectivement à Djegbadji (Transect 0 : zone sans mangrove ; Transect 1 : mangrove très dégradée) Adounko (Transect 2 : pour la mangrove peu dégradée ; Transect 3 : mangrove protégée).

Après matérialisation, certains paramètres ont été mesurées notamment le diamètre des arbres contenu dans les placettes de chaque transect, le diamètre des bois mort sur la ligne de base, les diamètres de racines. Des mesures ont été également prises au niveau des plantations pour établir un scénario de référence. Ces mesures ont été effectuées à Kpétou et à Grand-Popo et les mesures seront prises par la suite sur les sites des autres organisations qui s’investissent également dans le reboisement de la mangrove dans les zones humides du sud Bénin. Des prélèvements ont été faits également dans le sol pour apprécier le taux de carbone du sol. Il faut rappeler que les communautés à la base ont été sensibilisées sur la protection des placettes et ont fortement participé aux travaux de matérialisation et de mensurations.

Après la phase de collecte d’information, un atelier des parties prenantes a été organisé et a connu la participation de 24 personnes dont les représentants de l’Autorité Nationale Désignée du Bénin, des cadres des communes (Abomey- Calavi, Ouidah et Grand popo), les membres d’Ecosystem Alliance (Action Plus ONG, Nature Tropicale ONG, Aquaded ONG) ainsi que le chargé du suivi du Programme Ecosytem Alliance du Bénin, des responsables du Laboratoire des Sciences du Sols et Environnement de l’INRAB, un représentant de CARE-Bénin, les organisations non gouvernementales et Associations impliquées dans la gestion des mangroves, de changements climatiques et de séquestration de carbone telles que Eco-Ecolo, Secours enfance, AFEL, OFEDI, Care Bénin,…etc.

Le consultant a ainsi présenté les résultats préliminaires et donné un aperçu du chiffre de taux de carbone auquel nous pouvons nous attendre au Bénin : environ 200 TéqCO2/hectare/An en ce qui concerne la biomasse aérienne. Le rapport définitif des consultants confirme ses données avec une Note d’idée de projet plus élaborée.
Les transects ainsi installés sont l’un des premiers en Afrique de l’Ouest et doivent être à l’actif aussi bien des universitaires que de l’administration béninoise et des collectivités locales.

Par Is Deen AKAMBI & Gautier AMOUSSOU

NOS CONTACTS

Benin Ecotourism Concern (Eco-Benin)
Abomey-Calavi, Rue début Clôture IITA
03 BP 1667 Jéricho, Bénin
Tel : (229) 21042268/Mob : (229) 95285220
contact@ecobenin.org / www.ecobenin.org

Eco-Benin est recommandée par :

Eco-Benin est membre de :