La crise sanitaire du coronavirus qui règne et sévit sur le continent africain et bien au-delà est aussi devenue une crise économique. Le secteur de l’hôtellerie et du tourisme est le plus touché. La plupart des entreprises de ce secteur ont été obligées de fermer suite aux mesures prises (fermetures progressives des frontières aériennes, maritimes et terrestres, etc.).

À la date d’aujourd’hui, le Bénin a enregistré 16 cas confirmés au Covid-19 dont 2 guéris. 16 cas de trop pour la Fédération des Organisations Patronales de l’Hôtellerie et du Tourisme (FOPAHT) qui tire la sonnette d’alarme pour anticiper sur les dégâts collatéraux liés à la pandémie de ce virus. Elle a soumis au gouvernement, un mémorandum dans lequel la FOPAHT propose des mesures concrètes de mitigation des risques et pertes encourus par ce secteur. Les mesures proposées se résument en 14 points essentiels. Il s’agit entre autre de :

– la Suspension, pour toute la période de lutte contre la pandémie, des échéances des crédits et garanties bancaires pour les entreprises fermées ou impactées par la pandémie ;

– la renonciation de l’Etat à ses taxes, pour la période concernée, des établissements de tourisme et de loisirs pour lesquels l’Etat exige une réduction des capacités d’exploitation ;

– la modulation des mesures sanitaires relatives au secteur de la restauration par l’admission de « la vente à emporter » pour les restaurants, en suppression de l’hébergement de la clientèle sur site ;

– la mise à la disposition des opérateurs économiques formels et de manière gracieuse, tout équipement et consommable de protection et d’hygiène conformément à la mesure N°3 de la BCEAO (Gel Hydro alcoolique, Gant, bavette, tenue, masque, etc.) et avec le concours du Fonds National de Développement et de Promotion Touristique (FNDPT).

Soutenir les entreprises et les populations devient alors indispensable. Actuellement, certaines entreprises seraient en train de vouloir mettre la clé sous le paillasson. Pour Albin FELIHO, président de la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin CONEB, l’urgence est la mise en place d’un fond Covid-19 d’une enveloppe financière de départ de 900 milliards de francs CFA.

« On n’a pas énoncé ce chiffre à la légère. 900 milliards font à peu près moins de 40% du budget national. C’est également une part importante du secteur informel, c’est une part importante à la population vulnérable, c’est une part importante des acteurs qui travaillent au jour le jour à qui il faut pouvoir apporter des concours », a justifié Albin FELIHO, président de la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin CONEB.

En entendant la prise en compte de ces mesures par le gouvernement, la Fédération des Organisations Patronales de l’Hôtellerie et du Tourisme (FOPAHT) invite les populations au respect strict des mesures et consignes de préventions mises en place par le gouvernement.

 

ABOKI DANIEL/ECO-BENIN

 

Partager via :

Laisser un commentaire